Exils, le Québec et la formation de la gauche ///
Exiles, Quebec, and the Making of the Left

*English Follows*

Pour plus d’info, cliquez ici.

Il n’y a aucun doute que l’« exil » — idée pouvant servir à désigner autant l’état des communautés autochtones, des minorités établies que des nouveaux arrivants et nouvelles arrivantes — est au cœur du développement du paysage socio-économique et culturel du Québec. Il permet de rendre compte de la complexité des appartenances et des rapports de domination sur le territoire québécois. Le 22 mars dans le cadre de cette journée d’étude Stasis, nous nous pencherons sur une historiographie nationaliste qui relèga, et qui relègue toujours, les groupes minoritaires dans l’oubli. Amnésie, disons-nous, non pas seulement de leur existence, mais également de leur contribution fondamentale à la formation de la gauche québécoise et montréalaise.

Comme les autres journées d’étude Stasis, nous pourrons travailler ensemble à dépasser certains concepts aseptisés de la pensée universitaire – c.-à-d., dans le cas qui nous intéresse, les concepts impulsés par l’amnésie historique des nationalismes exacerbés de la Belle province. En répondant aux oublis ici soulignés, nous espérons faire davantage que rendre justice à ces communautés. En allant au-delà d’une quête de culpabilité et de responsabilité dans l’histoire, nous visons à construire un récit qui valorise la puissance épistémologique et politique des exilé. e. s au « soi-disant » Québec.

L’événement sera suivi d’une soirée musicale avec Stefan Christoff et Dan et Dan. Plus d’information à venir.

—-

There is little doubt surrounding exiles’ central role in Quebec’s evolving socio-economic and cultural landscapes – a concept encompassing indigenous communities, minorities, migrants. On March 22nd, in the midst of this Stasis Workshop, we will ponder the connections between Quebec’s nationalist historiography and the forgotten histories of its minorities. Amnesia, we say, of some many group’s very existence and contributions to the making of Quebec’s and Montreal’s left-wing movements.

As in any other Stasis Workshop, we’ll join forces to think collectively and to move beyond our contemporary university’s aseptic thinking – i.e. the one perpetuating this historical amnesia caused by La Belle Province’s blunt nationalisms. By responding to the aforementioned oblivion, we hope to do more than render justice to communities. Moving beyond the quest of guilt and responsibility in history, we hope to craft a narrative that sparks the epistemological strengths of the exiled in so-called Quebec.

The day will be followed by food and music by Stefan Christoff and Dan & Dan.