Capitalisme carcéral : discussion avec Jackie Wang

53530360_2295308440735566_3063716196483334144_n
4 avril, à partir de 18h
McGill (local à déterminer)
*** Une traduction vers le français sera disponible ***

https://www.facebook.com/events/786611578404921/

——- English follows ——-

Dans son livre “Carceral Capitalism”, Jackie Wang pose une question cruciale pour comprendre le fonctionnement actuel du capitalisme américain: comment un réseau carcéral et des appareils de répression policiers s’articulent-ils à la violence de l’économie et du racisme? S’agit-il de la continuation directe, sous un autre visage, du système d’esclavage qui perdura jusqu’au 19e siècle et sur lequel se sont fondés les États-Unis d’Amérique, comme le soutiennent les membres du Mouvement Révolutionnaire Abolitionniste dans leur livre “Burn down the American plantation”? Est-ce un système de gestion des populations “surnuméraires”, déclassées dans l’impossible course à l’american dream du fait de leur position dans la hiérarchie sociale? Ou encore, est-ce que les dispositifs policiers qui strient les espaces urbains ne seraient que d’autres moyens d’extraire de la valeur afin de garantir, à travers les mille et une infractions qu’ils répriment et le fermage d’amendes, la santé financière de l’État? De la privatisation des prisons et des agences de sécurité jusqu’au développement massif d’une industrie technosécuritaire en passant par les algorithmes de reconnaissance faciale et le quadrillage GPS des villes qui les transforment en véritables prisons à ciel ouvert, cet ensemble d’hypothèses nous fait plonger au cœur de l’enfer du capitalisme américain, de ses logiques totalitaires et sécuritaires et de ses processus de racialisation des corps.

Dans le cadre d’une présentation/discussion, Jackie Wang nous livrera le 4 avril prochain les grandes lignes de son livre. Tout en ayant le souci des analogies bien proportionnées, il y a tout à parier que les outils conceptuels, poétiques et stratégiques qu’elle nous partagera pourront nous aider à réfléchir les données de la situation montréalaise en ce qui concerne l’alliance entre capitalisme et système carcéral. Comment réfléchir le rôle de la prison de migrant.es à Laval? Ou comment concevoir la place des patrouilles frontalières qui chassent les personnes en exil? Voici quelques questions qu’il sera possible de se poser pour se réapproprier, dans notre contexte, le propos de “Carceral capitalism”.

Jackie Wang est essayiste, poète, cinéaste, militante politique et, pendant ses temps libres, candidate au doctorat en histoire.
—————————–

In the book “Carceral Capitalism”, Jackie Wang explores a crucial question to understand the mechanisms of American capitalism: how do a carceral network and its police apparatus interacts with violent economic structures and racism? Is there a direct continuity between slavery, America’s foundational principals and prisons, as suggested by the Revlutionary abolitionist movement in their book Burn Down the American Plantation? Is it a system that manages the excess of population, a kind of under-class that can’t even imagine joining the race to the American dream? Or else, are the police apparati that delineate urban spaces simply another way to extract value by ‘tax-farming’ the poor and racialized? From privatisation of prisons and security agencies, to facial recognition algorithms and the transformation of urban spaces into GPS-informed open-air prisons, these hypotheses bring us into the midst of the totalitarian and racist logics of American capitalism.

In a presentation/discussion on April 4th, Jackie Wang will present the main ideas of her book. Bearing the difficulties of analogies in mind, we will attempt to think collectively about local poetics and strategies of our current struggles, and the local alliances between capitalism and the carceral system. What is the place of the migrant prison in all of this? What roles do border patrols chasing exiled people have to do with capitalism and carceralism?

Jackie Wang is an essayist, poet, filmaker, community activist, and, during her free time, PhD Student in History.